L'élection présidentielle de 2012

11/01/2011

L'élection présidentielle de 2012 suscite nombre de candidates et candidats à la candidature ou déjà confirmés. A la recherche de racines, de légitimité les uns, les unes et les autres se réfèrent aux grands anciens afin de tenter d'assumer leur héritage politique. C'est bien naturel et fort traditionnel. Cela peut-être temporairement  spectaculaire quand c'est affirmé avec force. Sans pour autant oublier que ce genre d'héritage est plus encore que d'autres partagé et même disputé. L'histoire l'a souvent démontré et se chargera encore de le faire. Surtout ce retour éternel en arrière correspond il encore aux attentes citoyennes ? Sans nier l'utilité et l'intérêt de se référer à des combats, des réalisations d'hier, l'évocation des grandes figures suffit elle à justifier une attitude,une démarche politique ?
En cette période de crise multiple et profonde que vit, notamment, la France la première question à se poser n'est elle pas de se demander : si les gauches n'ont pas gagné ensemble lorsqu'elles étaient porteuses de propositions, de solutions ? donc d'un ensemble d'idées à mettre en application, à confronter, ensuite, aux réalités du pouvoir ? Quitte à les faire évoluer, mais en partant d'une base de références durables.
"Les programmes ne sont bons que pour ceux qui les lisent", entend on souvent. Mais n'est ce pas eux qui ont, en fait, plus souvent qu'il n'est avoué, permis de dessiner le changement, de rendre du même coup  une candidature plus dense, plus sérieuse, plus forte ?
Les citoyennes et citoyens face aux difficultés d'abord sociales mais aussi  économiques, bien-sur environnementales, attendent des réponses à propos desquelles débattre et choisir. Face à un risque d'affaiblissement de la République dont les valeurs, comme celle de la laïcité, sont malmenées, ils attendent des réponses claires, actuelles. Face à une démocratie donnant des signes de fatigue, ils attendent des raisons concrètes de se mobiliser.
Les présidentielles ne peuvent être réduites ni à des jeux de personnes, ni à des captations de discours du passé et pas plus à de faux dialogues. Elles méritent un véritable affrontement autour des projets. Les citoyennes et citoyens sont dignes de les entendre, comprendre et de se déterminer en fonction d'eux, sans se contenter de voter pour des individualités. Innover politiquement c'est peut-être d'en prendre conscience et pour les partis d'en venir, mais oui, à avoir le courage d'exposer leurs programmes !

Thierry Jeantet

 

Revenir

Commentaires

Ajoutez un commentaires