Présidentielle/document de travail

09/05/2011

La multiplication des candidatures est elle un signe de nécessaire débat démocratique a gauche ?

La candidature de J.-P. Chevenement est fort intéressante, non pas seulement du fait de la qualité personnelle de cet ancien ministre socialiste aux accents gaulliens, de sa capacité a toujours revenir dans l'actualité, mais par ce qu'elle révèle :
- la persistance d'un courant assez nationaliste, anti-europeen (quoi qu'il en dise) au sein de la gauche.
- courant également "industrialiste".
- la faculté de celui-ci a se faire entendre, a tenter de peser dans le débat.
- la persistance d'une situation divisée a gauche.
- l'affaiblissement du sens de la Primaire restée, pour l'instant-socialo-socialiste.

Face a cette annonce de candidature supplémentaire a gauche, que constate t'on ?

Il n'y a pas de candidature ni a gauche ni au centre (bien sur pas a droite) :
- Mettant fortement l'accent sur la crise sociale vive, durable, très profonde et préoccupante, et plus largement societale ; la classe politique dans son ensemble minimise curieusement cette situation ; l'extrême droite en profitant pour l'instrumentaliser a son profit. Le focus étant mis par les autres candidats à la Présidentielle sur l'environnement ou sur des aspects sociaux, économiques, mais sans vision globale.
- Visant à faire de la France un moteur de l'Europe Politique, Sociale et Économique. A donc proposer et impulser un nouveau type de "croissance economique-sociale-environnementale" en France et en Europe. L'Europe a disparu de l'horizon politique... L'économie aussi au profit de la finance... Même à gauche, cette tendance se fait sentir.
- Avec une absence de réponses sérieuses aux maux de la mondialisation de type capitaliste et libéral.
- Repositionnant la "République Moderne" comme objectif integratif de celles et ceux vivant sur son sol et démocratiquement inter-active. Les débats successifs et généralement confus sur l'intégration, la laïcité comme  - par ailleurs - le recul de la participation aux elections sont des signaux négatifs suffisants pour s'inquiéter. Le succès actuel de l'extrême droite, en habit du dimanche, en est la consequence. Les classes moyennes et modestes s'estiment abandonnées par les politiques de gauche et de droite juges insensibles a leurs inquiétudes, desarroi. Le décrochage des jeunes de la vie politique en est une autre conséquence.

Ne faudrait il donc pas ?

Un candidat radicalement porteur des réponses a ces différents points, capable de jouer le rassemblement soit dans le cadre de la Primaire (forcing à faire ) ou plus (trop) tardivement après ?
Sinon il faut négocier des maintenant un "contrat républicain "avec un(e) candidat(e)  déjà déclaré(e) ou qui le sera dans les semaines a venir.

Thierry Jeantet

Revenir

Commentaires

Ajoutez un commentaires