Les livres

L’Economie Sociale : La Solidarité au défi de l’efficacité

L’Economie Sociale : La Solidarité au défi de l’efficacité

La documentation Française, troisième édition, 2016


L'ESS a fait l'objet en France  d'une loi spécifique en juillet 2014, tout récemment de financements adaptés de la part de la Banque Publique d'Investissements. Les Régions, départements, communes en font d’ailleurs de plus en plus un partenaire. Elle s'ouvre à de nouveaux acteurs comme les entreprises sociales qui adoptent ses valeurs essentielles, le monde des logiciels libres, des brevets libres… Confrontée à de nouveaux concepts  comme celui de l'économie collaborative elle est obligée de réagir, de se positionner. Appelée à intégrer les nouvelles donnes de l'économie circulaire et de l'économie numérique elle doit aussi en saisir les opportunités. Thierry Jeantet  dans son livre  rappelle les origines de l'Economie Sociale "forcément" solidaire et son évolution qui va en s'accélérant. Il en dresse, pour la France, un panorama juridique et statistique précis. Mais il provoque aussi une nouvelle réflexion en pointant  les faiblesses et points forts de l'ESS, en éclairant ses développements possibles.


Le président de la République, François Hollande, préface le livre en expliquant les raisons qui de la mise en place des réformes concernant l’ESS en France. Son intérêt pour la valorisation de l’ESS ne s’arrête pas là, en effet, François Hollande préside, au nom de la France et au côté des Rencontres du Mont-Blanc, le tout récent Groupe Pilote International de l'ESS qui s'est réuni notamment à New-York en septembre dernier parallèlement à l'Assemblée Générale de l'ONU.

Des croissances

Des croissances

Editions François Bourin, collection thermos, 2014

L’enjeu

Economie circulaire, économie verte, économie solidaire de marché… De nouveaux concepts et de nouvelles expériences d’entreprise émergent en ce début de xxie siècle, partout dans le monde, remettant en cause les dogmes indiscutés de l’économie de marché. Les notions de progrès et de croissance que l’on pensait figées dans le marbre de Wall Street sont sérieusement réinterrogées. Il est grand temps d’inventer d’autres modèles de croissance : homo économicus s’embourbe dans l’attente d’une croissance sans avenir, place à homo humanicus qui évoluerait dans une économie solidaire et sociale de marché.
Niaise et vaine utopie ? Voire ! Militant et acteur de ce secteur de l’économie, Thierry Jeantet défend ici ses conceptions et les possibles modèles de substitution au tout-capitalisme sans foi ni loi ni sentiments.
Que ce soit au niveau local, national, européen ou international, l’auteur présente ici les alternatives concrètes à l’économie officielle. Un essai à la fois pratique et d’espoir à l’heure de la crise qui n’en finit pas et de la grande morosité généralisée.

The social and solidarity economy, A response to international challenges

The social and solidarity economy, A response to international challenges

A global challenge needs a global response! This could be the motto of the Social and Solidarity Economy. This book, produced under the direction of Thierry Jeantet, President of the Association of the Mont-Blanc Meetings–The International Forum of the Social and Solidarity Economy Entrepreneurs, is a collection of articles written by actors of the Social and Solidarity Economy coming from several continents. Diversity and plurality. The diversity of the authors of this book, of their profession and country, of their observation angles –some economic, others social or ecological– beyond an intellectual interest, embodies the diversity of the SSE which partly makes its strength.


Au éditions du Manuscrit

Sociétale démocratie : un nouvel horizon

Sociétale démocratie : un nouvel horizon

En collaboration avec Yan de Kerorguen

Au moment où RIO+20 oblige à s’interroger sur la notion de « développement durable », où les « Printemps politiques » cherchent leur avenir, où l’Europe court après le sien, n’est il pas temps –enfin– d’oser penser alternative, rupture, nouveau modèle de développement ? Bref, de changer radicalement les logiciels qui nous ont conduit aux crises fi nancières, socio économiques et environnementales que nous affrontons aujourd’hui. En France l’élection d’un Président de la République de gauche n’encourage t-il pas à s’oeuvrer en ce sens ?


Oui, il est plus que temps, affi rme cet ouvrage, d’engager la marche vers la sociétale démocratie. Rompant avec l’idéologie du capitalisme fi nancier prédateur, la sociétale démocratie replace le politique et l’humain au coeur du projet de développement. Faisant siennes les valeurs de partage, de coopération, de temps long et d’innovation,
elle se donne comme maître mots démocratie et initiative.
Nulle raison de céder au pessimisme : en 10 propositions, l’ouvrage appelle à la mobilisation des initiatives citoyennes et trace un chemin vers la sociétale démocratie.

Les traductions

Les traductions

 

Certains livres ont été traduit en plusieurs langues.

 

tl_files/website-content/livres/Profondaeuropa.png  tl_files/website-content/livres/economiasocialeeurope.png  tl_files/website-content/livres/japonais.png  tl_files/website-content/livres/Laeconomiasocial.png  tl_files/website-content/livres/economiasocial.png

Économie Sociale

Économie Sociale

La documentation Française, nouvelle édition, 2009

Préface de Michel Rocard

Puisant ses racines dans une histoire multiséculaire, l’Économie Sociale affirme comme valeurs la suprématie de lhomme sur le profit, la solidarité et la démocratie dans son fonctionnement.
Coopératives, mutuelles, associations, fondations : plus de la moitié de la population française est membre d
au moins un de ces groupements. Ceux-ci emploient plus de 2 millions de personnes et réalisent une part du produit national brut tendant vers 12 %.
Après en avoir retracé l'historique, cet ouvrage présente un panorama détaillé de l
’Économie Sociale - secteurs dactivité, poids économique, régime juridique - et des problématiques en jeu : comment concilier ses valeurs traditionnelles avec sa présence dans une économie de marché mondialisée ? Comment faire vivre la démocratie dans des organismes parfois vastes ? Quel avenir pour un secteur soumis à une demande croissante, notamment, dune part, des plus démunis et, dautre part, de salariés/consommateurs se voulant acteurs ? Comment apporter des réponses innovantes à une crise qui met en cause le modèle économique traditionnel ?

L’Économie Sociale, une alternative au capitalisme

L’Économie Sociale, une alternative au capitalisme

Economica, 2008
Préface d'Ignacy Sachs - Postface de Didier Adès

Le capitalisme a-t-il définitivement gagné la bataille idéologique en portant à faire croire que croissance économique et progrès social sont les fruits de l’accumulation de richesses d’abord financières ? Pourquoi ressasser les cours de la bourse plutôt que le nombre d’hectares dévastés en Amazonie ou des habitants de la planète vivant sous le seuil de pauvreté ? Depuis la chute du mur de Berlin, les alternatives au capitalisme ont le plus grand mal à s’imposer comme des forces de propositions crédibles et paraissent enfermées dans la protestation. Pourtant, il existe, inscrits dans les économies de marché, des entreprises et des pans entiers de l’activité productive, gérés différemment, mettant en oeuvre une démocratie vivante et une gestion des richesses dans le sens de l’intégration commun. Elles rassemblent mutuelles, coopératives et associations, fondations, communautés, présentes à l’échelle planétaire. Cet ouvrage montre que l’Économie Sociale est une réponse moderne, aux attentes citoyennes.

L’Économie Sociale, une alternative planétaire

L’Économie Sociale, une alternative planétaire

Éditions Charles Léopold Meyer, 2007

Avec Jean-Philippe Poulnot

Derrière ces deux vocables en apparence antinomiques – économie et social – se cache une réalité qui s’étend sur toute la planète, et par ailleurs un véritable corpus de pensée économique, sociale et environnementale. L’Économie Sociale représente près de 10 % des emplois, mais aussi près de 10 % du Produit Intérieur Brut mondial. Elle existe dans divers domaines (banques, mutuelles,…) dans la quasi-totalité des pays du monde. Cet ouvrage issu des rencontres du Mont-Blanc recueille des contributions de tous les continents, il est émaillé de nombreux exemples qui permettent de définir et de décrire l’Économie Sociale et d’avancer des propositions pour en améliorer les ressorts et la visibilité.

Économie sociale, la solidarité au défi de l’efficacité

Économie sociale, la solidarité au défi de l’efficacité

La documentation Française, 2006

Préface de Michel Rocard

Coopératives, mutuelles, associations, fondations : plus de la moitié de la population française est membre d’au moins un de ces groupements. Ils emploient quelque 1 800 000 personnes et réalisent près de 12 % du produit national brut. Cette étude présente la genèse suivie d’un panorama détaillé de cette réalité multiple : secteurs d’activité, poids économique, régime juridique...
Puisant ses racines dans une histoire multiséculaire, l’Économie Sociale affirme comme valeurs la suprématie sur le profit, la solidarité et la démocratie dans son fonctionnement.
Comment concilier ses valeurs traditionnelles avec sa présence dans une économie de marché mondialisée ? Comment faire vivre la démocratie dans des organismes parfois vaste ? Quel avenir pour un secteur soumis à une demande croissante ? Tels sont quelques-uns des défis auxquels l’Économie Sociale est confrontée.

L’Économie Sociale européenne ou la tentation de la démocratie en toutes choses

L’Économie Sociale européenne ou la tentation de la démocratie en toutes choses

CIEM éditions, 1999

L’économie capitaliste néo-libérale est-elle la voie unique ? Non, répond Thierry Jeantet, les mutuelles, les coopératives et les associations - donc l’Économie Sociale - montrent qu’il existe une façon plus solidaire de créer des richesses aussi bien dans la sphère marchande que dans la sphère non marchande.
Partout en Europe, on trouve des entreprises, des organisations dans lesquelles prévalent le principe de non-domination du capital et celui du contrôle démocratique. Ces structures agissent dans les domaines les plus divers : social, culturel, financier, agricole, industriel ou de la pêche... Face à de grands défis comme la mondialisation, la transformation du travail et la crise sociale, elles représentent une chance particulière de voir établies les conditions d’une croissance à dimension humaine et, au-delà, de changer la donne en affirmant la primauté du civique et du social sur l’économique et le monétaire.
L’auteur campe le paysage de l’Économie sociale sans en esquiver les ombres. Surtout, il en présente une vue dynamique et prospective.

L’Économie Sociale en action

L’Économie Sociale en action

Faits, enjeux, options

CIEM éditions, 1995

Vingt-six millions de personnes sont protégées par des mutuelles de santé.
Autant, ou presque, sont membres d’associations sociales, humanitaires, culturelles, sportives, etc.! Plus de dix millions sont sociétaires de mutuelles d’assurances. Trois millions d’entre elles sont membres de coopératives. L’Économie Sociale c’est, en France, 50 % de l’assurance automobile, 35 % des dépôts, 30 % du marché de l’agroalimentaire, 13 % du commerce de détail. C’est aussi un ensemble créateur d’emplois: plus de 400 000 emplois à temps partiel et à temps plein en dix ans.
Le rapport au Comité consultatif de l’Économie Sociale de Thierry Jeantet éclaire les coopératives, les mutuelles et les associations sous leur vrai jour : celui du dynamisme et de la solidarité. Il révèle les défis - le refus de la banalisation - les préoccupations - vis-à-vis de l’État, des collectivités locales, de Bruxelles aussi -, insiste sur des demandes précises de réformes ou de partenariats - quarante-cinq propositions figurent dans ce rapport - et met en valeur la part multiforme prise par l’Économie Sociale dans les changements de la société, part qui est celle de citoyens acteurs.

Démocratie directe, démocratie moderne

Démocratie directe, démocratie moderne

Éditions Entente, 1991


Il y a quelques semaines encore la réforme de la constitution était un sujet tabou : comme si la démocratie, immobile, n’était pas en péril ! Pourtant abstentions croissantes, abus de sondages, mise au banc des élus, montée de l’extrémisme, les signes se multipliaient. Allait-il rester une place pour la vie politique ou même civique ?
Et puis le Président de la République et quelques autres ont brusquement ouvert le débat sur une éventuelle réforme constitutionnelle.
Va-t-il être enfin admis que les mutations technologiques, économiques, sociales exigent un retour de la Politique pour préparer l’avenir ?
Plusieurs pays à l’Ouest comme à l’Est ont montré le chemin. L’urgence est de rendre aux citoyens le pouvoir de dire et de décider eux-mêmes. Du droit d’initiative référendaire au droit d’initiative planificatrice, l’auteur propose : une démocratie moderne par plus de démocratie directe.

La modernisation de la France par l’Économie Sociale

La modernisation de la France par l’Économie Sociale

Economica, 1986

Le mélange “économie + social” est nécessaire à la préparation de l’An 2000 à la fois pour mobiliser les intelligences et renforcer les solidarités; or il a été inventé par... L’Économie Sociale !
Certes, aujourd’hui des millions de personnes ont déjà choisi cette dernière pour réaliser leurs projets (des volontaires et 1,2 M de salariés). Mais elle doit mieux démontrer que la coopérative véritable “entreprise plus” est la formule très performante pour innover, les mutuelles sont indispensables pour éviter les dégâts de toutes les mutations, les associations sont aux avants-postes du changement social.

De l’allègement et du perfectionnement de ses méthodes et statuts, à l’élaboration d’outils et surtout de stratégies appropriées, ce rapport démontre combien le “Mouvement” Économie Sociale peut permettre à plus de citoyens de contribuer à la modernisation de la France, la seule souhaitée puisque... maîtrisée.

L’individu collectif

L’individu collectif

Syros éditions, 1983

L’individu peut-il avoir un rôle initiateur ? Thierry Jeantet l’affirme; pour lui la convivialité active peut se développer dans le cadre d’une dynamique de gauche. Rejetant l’individualisme, il propose une lecture française des propositions d’Illitch, par une éducation et une recherche, mais aussi par une créativité artistique démultipliée, par une utilisation intensive et populaire des nouveaux outils de communication, par la reconquête des espaces.
Mais il radicalise cette démarche en faisant des consommateurs et des producteurs de nouveaux alliés, en critiquant la formule du “Small is beautiful” de Schumacher et en préconisant surtout une réelle maîtrise des outils de production par les individus. Allant encore plus loin, il souligne la nécessité de s’attaquer plus franchement au capital en le “banalisant” ou en s’en passant.

L’Économie Sociale

L’Économie Sociale

Coopérative dinformation et dédition mutualiste, 1982

Avec Roger Verdier


Cet ouvrage tente, dans une première partie, de photographier le secteur tel qu’il se présente aujourd’hui, et dans une seconde, d’exposer les facteurs et conditions de son expansion. Il s’agit donc à la fois d’un constat et d’une interrogation, parfois provocante, sur l’avenir de la libre économie collective.

Matignon c’est extra !

Matignon c’est extra !

Encre, 1981

Avec Michel Porta

Les radicaux écologistes transforment la France et la gauche, un gouvernement sans complexe.

La révolution conviviale

La révolution conviviale

Editions entente, 1979

Avec Michel Porta et Jean-René Siegfried